Plogoff, des pierres contre des fusils
par Monolithe Noir
+ L’Orage

Plogoff X Monolithe Noir

© Élise Dutrieux

Plogoff, des pierres contre des fusils

Un documentaire signé Nicole Le Garrec
Un ciné-concert de Monolithe Noir

Ce film a été présenté en version restaurée à Cannes Classics 2019

Plogoff, février 1980. Toute une population refuse l’installation d’une centrale nucléaire à deux pas de la Pointe du Raz, face à l’Île de Sein, dans cette baie d’Audierne ouverte sur l’Atlantique. Six semaines de luttes quotidiennes menées par les femmes, les enfants, les pêcheurs, les paysans de cette terre finistérienne, désireux de conserver leur âme. Six semaines de drames et de joies, de violences et de tendresses... L’épopée des gens du Cap Sizun, face aux pressions de notre société moderne.

Monolithe Noir

Un oeil distrait pourrait, rapidement, lire dans le nom de Monolithe Noir une référence assez basique aux grandes figures des univers futuristes, née de l’équation classique qui veut que science-fiction = synthétiseurs. Ce serait oublier que, contrairement aux robots, androïdes ou autres Replicants, froides machines condamnées à imiter des Terriens dont ils ne comprennent pas grand chose, le monolithe de Kubrick dans 2001, où Antoine Pasqualini est allé chiper son nom, est une proposition bien plus subtile.

Totem opaque balancé au milieu d’une humanité naissante, il est tout à la fois l’incarnation concrète du mystère des confins et le miroir sombre de notre bestialité. Il est glacial et brûlant, anguleux et organique, extraterrestre et terriblement familier. Tant de points de tensions et d’enrichissants paradoxes qui traversent également “Moira”, le nouvel LP de Monolithe Noir. Il nous y promène sans cesse entre rigueur synthétique, concrétions expérimentales et secousses acoustiques, enchaînant, empilant, percutant les uns aux autres sans s’excuser de n’avoir pas choisi entre tous ces mondes.

Batteur de formation, passé par les inévitables groupes de rock, aguerri par des projets aux ambitions et aux univers de plus en plus étendus (le groupe Arch Woodmann, notamment, qu’il pilota le temps de trois albums), Antoine met toute cette biographie musicale déjà étoffée au service de Monolithe Noir. Si l’exercice est personnel, il ne s’est pas fait en totale solitude, et Moira s’ouvre aux voix de quelques camarades artistes qu’on qualifiera sans trop se forcer de “pairs” – la Britannique Rozi Plain sur l’envoûtant Blinded Folded, l’Américain Peter Broderick pour l’intimiste By Twos et la Belge Elsie dx, le temps d’un Valslava hanté – eux aussi baignés des mêmes besoins de ne pas se contenter d’une seule couleur, d’une seule tonalité.

Imprévisible par nature, surprenante par choix, la musique de Monolithe Noir échappe aux qualificatifs éculés qui segmentent nos collections de disques, mais pioche allègrement dans des répertoires bien balisés : du prog à l’ambient en passant par l’electronica ou le folk, en allant fouiller au passage dans les trésors cachés de la library music italienne. Sans jamais se planquer derrière un paravent de complexité factice, elle s’adresse surtout à nous, directement. Kubrick serait fier.

L’Orage

L’Orage est un disque électrique et climatique, tendu et onirique, aux thèmes pré-apocalyptiques. Nourri des guitares noise d’Olivier Mellano, de la batterie tribale de Régïs Boulard, des claviers analogiques de Thomas Poli, des sorcelleries sonores de John Trap et du chant envoûtant d’OoTi, il évoque les peurs de l’époque, l’angoisse écologique, l’ambiance fin de règne du moment, l’envie de se cacher dans une caverne pour se protéger de l’orage et de ses conséquences.

Arnaud Le Gouëfflec, chanteur et songwriter, s’est taillé au fil des années, des disques et des collaborations, une place à part dans le monde de la chanson en français, de celle qui cherche ailleurs que dans son pré carré, sur les terres du krautrock, du drone ou du folk..

20h30

Hydrophone - Face A

Infos



📍 Entrée :
11 rue Honoré d’Estiennes d’Orves
56100 Lorient

🚌 Arrêt : La Base - Cité de la Voile

Ligne T2 : De 6h à 21h30 du lundi au jeudi, jusqu’à 23h15 le vendredi et le samedi.

Ligne 13 : De 6h à 18h du lundi au vendredi, jusqu’à 19h le samedi.

Galerie